En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies, y compris de partenaires tiers pour la gestion des statistiques du site.

Hom(m)es étudiait l’apport de l’homme dans son environnement proche, en retrouvant des traits de caractère de l’habitant à travers sa maison.

Quand Hom(m)es révèle l’intimité d’un personnage à partir d’une collection d’objets, At(H)ome propose une visite intime de l’inconscient par le représentation du paysage.

En prolongement de l’expérience d’un des protagonistes de la série, At(H)ome interroge la perception du territoire en un lieu ou paysages remarquables et paysages du quotidien fusionnent en une géographie intime.

Chaque ensemble de fragment de paysages remarquable assemblés recomposent un paysage idéal.

Si At(H)ome apparait comme une rupture dans le corpus de mon travail, c’est qu’il est lié à un changement de lieu de vie et au sentiment d’avoir enfin trouvé ma place dans un territoire.

En cela at(H)ome me parait indispensable.

At(home) est donc littéralement « chez moi » . C’est aussi un rapport d’échelle entre l’homme et le paysage en ce lieu. C’est enfin une analogie avec les molécules, asemblages d’atomes formant un ensemble aux caractéristiques propres.

La série se compose de quadriptyques de paysages remarquables reliés par une série de paysages du quotidien au format carré.